sommaire n° 389
 
dossier " violences et santé : quelles actions éducatives ? "

Alma, à l'écoute de la maltraitance des personnes âgées

 
  L'association Alma a créé cinquante-deux " centres d'écoute-conseil " sur le territoire français pour venir en aide aux personnes âgées et handicapées victimes de maltraitances. Alma s'attaque à la loi du silence car, d'une part, le sujet reste tabou pour l'entourage familial et les professionnels aidants ; d'autre part, ces personnes maltraitées gardent le plus souvent… le silence. Les intervenants d'Alma écoutent les personnes, les informent, les conseillent. Ce dispositif soutenu par les pouvoirs publics est en cours d'extension.
     

Françoise Busby
Directrice d'Alma France.

 

L'âge est-il un critère d'exclusion dans notre société ? Nous avons tant voulu ajouter des années à la vie ! Aujourd'hui, les hommes et les femmes plus proches logiquement de la mort par l'âge (90 ans et plus) restent-ils des hommes et des femmes dignes du respect de leurs semblables plus jeunes ? Peuvent-ils jouir de la santé telle que définie par l'Organisation mondiale de la santé " La santé est un état de bien-être total physique, social et mental de la personne. Ce n'est pas la simple absence de maladie ou d'infirmité " ? Il semble que, trop souvent, les personnes dépendantes, âgées et/ou handicapées ne soient reconnues que dans leur " maladie " ou leur " infirmité ", leur dépendance.

La maltraitance envers les personnes âgées commence là, dans le regard de notre société vers ces êtres qui vieillissent plus ou moins décemment, ces êtres qui font peur et sont enviés à la fois. Ce sujet est encore tabou parce qu'en partie les victimes elles-mêmes restent murées dans le silence par peur souvent de représailles plus violentes. Les personnes âgées effectivement ne se plaignent pas, c'est un facteur essentiel à retenir et cela concerne toutes les personnes victimes en situation de vulnérabilité et de dépendance, tels les enfants, les femmes battues, les personnes handicapées mentales et/ou physiques ; il est donc difficile de détecter les mauvais traitements en institution et plus encore au domicile. L'association Alma France a été créée par le professeur Robert Hugonot, pour casser la loi du silence qui règne parfois au sein de l'entourage familial et professionnel.


Souffrances non reconnues

Les maltraitances sont des actes ou des omissions répétés, volontaires ou involontaires. Aux questions : quand commence la maltraitance ? Où prend-elle son origine ? Qui est le premier " auteur présumé " ? Il est bien difficile de répondre. La maltraitance est une résultante de violences non ou mal gérées, de souffrances non reconnues, de colères et de rancunes, de peurs souvent anciennes…

" Violence contre les vieux " (1), " La vieillesse maltraitée " (2) " Violences invisibles " (3), " Vieillards martyrs, vieillards tirelires " (4), " Silence … on frappe " (5) - autant de titres évocateurs d'ouvrages consacrés à cette thématique. Mal soigner, insulter, malmener, ignorer, voler, bafouer les droits sont autant de formes de maltraitance ou de négligence graves. L'être humain âgé est atteint, dans ces situations extrêmes, non seulement dans son corps, mais aussi dans sa dignité et son identité d'humain.

Bien sûr ce sont les personnes les plus âgées, les femmes en majorité, fragiles et vulnérables, qui subissent toutes formes de maltraitance. Ont-elles été maltraitantes autrefois ? Ont-elles occulté ou négligé elles-mêmes des moyens de se protéger en amont ? Sont-elles difficiles à vivre volontairement ou involontairement ? Dépendances physique et psychique sont un premier pas vers les conflits. Toutes sortes d'excuses, de justifications peuvent être évoquées. Les excès verbaux ou physiques sont-ils les seules issues ? La réponse ne peut être que négative.


Épauler les aidants

Les personnes âgées dépendantes, prisonnières dans leur corps et/ou dans leur esprit, sollicitent de leurs aidants familiaux une bonne santé physique, une grande disponibilité, et une grande force intérieure, au-delà de celle qui peut être exigée d'un fils, d'une fille, d'un conjoint. Au quotidien, les forces s'usent, la tolérance s'émousse si ces aidants ne sont pas écoutés, soutenus et si les faiblesses ou l'épuisement ne sont pas admis. En effet, ce n'est pas tant la maladie qui est difficile à supporter que le temps qu'elle dure - un mois, six mois, cinq, dix ans ou plus !

Sur le banc des " auteurs présumés " des violences siègent en majorité des fils, des filles, des conjoints (eux-mêmes âgés) et des professionnels côtoyant les personnes âgées à domicile ou dans un milieu institutionnel. Tous ces auteurs ne souhaitent pas nuire. Ils désirent sans doute bien faire, c'est-à-dire " prendre soin " de leur parent ou patient correctement, avec humanité. Il faut en effet ici le souligner : la majorité des familles et des professionnels traitent bien les personnes âgées… mais… parfois, le dérapage est sournois !

Les raisons des dérapages possibles sont multiples et émanent de toutes les personnes concernées par la maltraitance : les personnes âgées elles-mêmes, les familles, les professionnels. Personnes âgées et familles trop souvent ne vont pas à la recherche d'information, n'osent pas demander de l'aide en amont d'une dépendance installée. Les familles s'épuisent, sont à bout de tolérance et cumulent parfois les problèmes suivants : éclatement de la famille, isolement géographique, social, affectif, chômage, difficultés financières, drogue, alcool, etc. De leur côté, les professionnels, trop peu nombreux, imposent des rythmes d'aide ou de soin parfois insupportables. Le manque de formation est souvent flagrant. Enfin, le manque de coordination entre les professionnels et le manque de communication véritable entre personnes âgées, familles et professionnels ne peuvent que renforcer les situations de maltraitance.

Écoute et formation, au centre de l’éthique d’Alma

L’association Alma s’est dotée d’un code éthique qui lui sert de guide dans ses interventions. En voici une synthèse.
« La fragilité liée aux déficiences physiques, sensorielles, psychiques ou à l’isolement expose de nombreuses personnes vulnérables en raison de leur âge ou de leur handicap à un risque de maltraitance (abus, violences, négligences).
Or, l’organisation sociale ne tient pas suffisamment compte des spécificités de ces personnes. Leur souffrance, voire même leur détresse, se caractérise souvent par des attitudes de repli et de dénégation, qui rendent ces situations d’autant plus intolérables.
Pour prévenir et combattre cet état de fait, Alma France s’est donné comme objectifs et moyens :
– de mettre en place un réseau d’écoute des signalements de cas de maltraitance, de leur évaluation et de conseils sur la suite à donner ;
– d’assurer la formation des écoutants et référents, au sein de chaque centre et, à leur demande, celle des acteurs professionnels des secteurs médicaux, médico-sociaux, sociaux et juridiques ;
– de procéder à l’évaluation permanente quantitative et qualitative du phénomène, à partir des données du réseau, d’en publier les résultats et les diffuser auprès de tout organisme public et privé concerné ;
– d’assurer la sensibilisation des intervenants professionnels ou familiaux au risque de maltraitances et à la prévention de la maltraitance et à la défense des isolés, des exclus et des plus faibles parmi les personnes âgées et/ou handicapées ;
– de stimuler la prise de conscience dans la société des phénomènes de maltraitance liés au vieillissement et au handicap, par la diffusion d’informations et des principes qui président à son action. »


Comprendre sans juger

Accuser n'est pas de mise à Alma. Comprendre sans juger est l'exigence de l'association, dont l'éthique (cf. encadré ci-dessus) est stricte : confidentialité, discrétion, neutralité, non-jugement de toute personne mise en cause - " victimes ou auteurs présumés ". Les missions d'Alma se poursuivent en 2007 avec 52 centres d'écoute-conseil (une soixantaine prévus fin 2007), répartis sur le territoire et dans les Dom. Depuis 2005, nos missions concernent non seulement le bien-être des personnes âgées mais également des personnes handicapées.

Les objectifs d'un centre départemental Alma restent, avec des bénévoles en majorité, l'écoute, fondée sur une approche systémique et les conseils proposés aux plaignants par des équipes pluridisciplinaires. Les conseillers ont une solide connaissance des services sociaux, des services médicaux gériatriques, des services administratifs du réseau gérontologique du département. Une équipe de trois ou quatre conseillers, ayant des profils professionnels différents (médecin, gériatre, assistante sociale, juriste, psychologue, professionnel du milieu gérontologique, etc.), facilite la compréhension des dossiers ouverts par les écoutants et accélère les démarches nécessaires au suivi de ces dossiers.

Depuis plusieurs années, les actions de sensibilisation et de formation auprès des professionnels des maisons de retraite et des services d'aide et de soins à domicile se multiplient, tout comme les demandes de documentation et d'information. Devant ce besoin grandissant, Alma France a confié à une commission " communication " le travail de compilation et de création de documents nécessaires à la compréhension de la maltraitance envers les personnes âgées1.

Contact
Site Internet : www.alma-france.org
Alma France - BP 1526 - 38025 Grenoble Cedex
Tél. : 04 76 84 20 40
Fax : 04 76 21 81 38
courriel : asso-alma@wanadoo.fr

Note

1. Ces documents sont accessibles sur le site Internet d'Alma ou peuvent être commandés moyennant le remboursement de frais de port et de gestion.

Références bibliographiques

(1) Hugonot R. Violences contre les vieux. Toulouse : Erès, 1990 : 144 p.

(2) Hugonot R. La vieillesse maltraitée. Paris : Dunod, coll. Action sociale, 1998 : 236 p., 3e édition Poche, Dunod, coll. médico-sociale, juin 2007.

(3) Hugonot R. Violences invisibles. Reconnaître les situations de maltraitance envers les personnes âgées. Paris : Dunod, coll. Action sociale, 2007 : 176 p.

(4) de Saussure C. (sous la dir.). Vieillards martyrs, vieillards tirelires. Maltraitance des personnes âgées. Éditions Médecine et Hygiène, 1999 : 181 p.

(5) Gineste Y. (sous la dir.). Silence, on frappe... Milly-la-Forêt : Éd. Animagine, 2005 : 274 p.

 
LA SANTÉ DE L'HOMME 389 | MAI-JUIN 2007 | Pages 35-36
Libre de droits, sous réserve de mentionner la source