sommaire n° 382
 
dossier " démarche participative et santé : mythe ou réalité ? "

Compagnons d'Emmaüs :
acteurs du théâtre participatif

 
  Pendant deux ans, à Pau, cinquante compagnons d'Emmaüs ont été formés au théâtre par un professionnel et ont ensuite donné vingt représentations dont une au Forum social de Bombay. Du chômage à l'emploi des femmes, ils ont choisi eux-mêmes les thèmes traités. Ce travail a aidé les compagnons à développer leur autonomie et a contribué à changer leur image. Il a toutefois dû être abandonné, faute de moyens.
     

Jean-Pierre Besnard
Directeur artistique et pédagogique
de Caravane Théâtre.

 

En juin 2001, la troupe indienne " Karvan " - formée par Jean-Pierre Besnard1- en tournée en France donne une représentation à la communauté d'Emmaüs Pau-Lescar. Son directeur, Germain Sary, est impressionné par la force et l'impact de ce " théâtre " et souhaite l'introduire dans la communauté.

Un partenariat s'engage avec l'association toulousaine Caravane Théâtre. D'avril 2003 à juin 2004, Jean-Pierre Besnard forme des compagnons aux techniques du théâtre interactif. Ainsi naîtra la troupe " Namasté ", qui crée dix spectacles de théâtre forum et se produira régulièrement pendant un an et demi. Elle donne vingt représentations, touche plus de mille cinq cents personnes dans l'agglomération paloise, et plus d'un millier en participant au Forum social à Bombay en janvier 2003.

" Namasté " permet la rencontre des compagnons avec des publics très variés : jeunes en difficulté, travailleurs sociaux, adhérents d'associations, publics de rue, etc. Elle atteint ainsi son premier objectif : ouvrir la communauté vers la cité, faire partager les valeurs de solidarité et de convivialité défendues par Emmaüs, et plus largement changer les représentations parfois négatives sur les compagnons. Le second objectif visé, l'aide au développement personnel et à l'autonomisation des compagnons, est validé pour la majorité des compagnons acteurs. " J'ai été bouleversée de jouer avec ce public ", N. " Ça me fait énormément plaisir de faire passer des messages ", C. " Ça fait réfléchir, ça fait réagir,c'est très fort pour moi ", S.


Démarche participative intégrée

Le théâtre interactif est particulièrement adapté au public en situation de vulnérabilité. Il utilise un médiateur : la création artistique. Il s'appuie sur le non-verbal. Il nécessite l'implication des bénéficiaires à toutes les étapes du processus. Il s'agit là d'une démarche participative " intégrée ".

Sur deux week-ends, nous présentons les méthodes, créons et jouons un premier spectacle avec quelques compagnons volontaires, pour diffuser
l'information dans la communauté. Dix-huit compagnons poursuivent l'expérience et forment l'ossature de la troupe " Namasté " ; aucun prérequis n'est souhaité. Caravane Théâtre forme aux techniques mais ne s'implique ni dans le choix des participants, ni dans celui des thèmes des spectacles.

Les ateliers théâtre ont lieu deux jours consécutifs par mois sur quinze mois. La première journée est prise sur le temps de repos hebdomadaire. L'autre journée, les " compagnons acteurs " sont dispensés de leur travail ordinaire. C'est là l'implication de l'ensemble de la communauté.

Nous travaillons avec les outils du théâtre interactif créés par Augusto Boal2 : " Théâtre Forum " et " Théâtre Images ". Nous donnons des ateliers de " Clown Théâtre " pour libérer les tensions et l'expression des émotions. Tous les compagnons sont régulièrement sollicités pour entrer dans la troupe, ils sont plus de quarante à participer ponctuellement sur les quinze mois. Il y a toujours un noyau suffisant pour encadrer les arrivants, assurer les spectacles.

Les thèmes développés, chômage, emploi des femmes, logement, alcool, exclusions, risques environnementaux, citoyenneté, engagement social, mondialisation et écologie, sont choisis par les acteurs, joués devant la communauté tout entière pour être validés avant d'être donnés à l'extérieur. Ainsi témoigne M. à la fin d'un spectacle : " Vous êtes le miroir de la communauté. En faisant passer les messages à l'extérieur, vous montrez ce que les compagnons peuvent être, (…) que le compagnon n'est pas un misérable et qu'il a dans le cœur toute une palette de possibilités et de passions. Il faut témoigner. C'est ce que vous faites et vous le faites bien. "

Un certain nombre d'éléments ont sécurisé la démarche, en particulier la présence du psychomotricien qui accompagne habituellement les compagnons et qui a participé à la formation. Après chaque atelier et/ou spectacle, des réunions de debriefing sont organisées en présence de toute l'équipe et du directeur.

Quand on élabore les scenarii à partir des " histoires " personnelles des comédiens, on prend garde de socialiser la problématique, c'est-à-dire d'amener les difficultés individuelles dans la sphère du collectif. On reste dans la liberté de s'exprimer pour celui qui parle et dans l'empathie pour ceux qui écoutent. Ce cadre éthique est défini en amont et régulièrement rappelé.

Quelques acteurs sont partis vers d'autres activités pour revenir régulièrement assister aux spectacles. Ils ont quitté le groupe sans que rien ne soit apparu d'un malaise ou d'une décompensation provoquée par le " théâtre ". L'effet groupe, la présence chaleureuse de la communauté, le cadre éthique posé sans oublier la possibilité de recourir à l'aide du psychomotricien ont eu un effet sécurisant.


Facteurs facilitants et limites

C'est l'énergie impulsée par le responsable de la communauté qui a permis de démarrer cette action. Elle s'est poursuivie, soutenue par l'intérêt que les compagnons ont trouvé dans ces techniques pour eux-mêmes et pour les publics, par leur engagement social et enfin grâce à la mobilisation de toute la communauté. Celle-ci vit sur ses propres ressources. Cet avantage au départ de l'action s'est révélé être un frein : il a été très difficile de concilier disponibilité pour le théâtre et nécessité du travail " productif " indispensable à l'autonomie financière.

Personne ne s'est proposé à la fin des quinze mois de formation au sein de la communauté pour reprendre la " direction " de la troupe. Après concertation entre les acteurs et le responsable, l'expérience s'est arrêtée.

Le désengagement du formateur n'a probablement pas été suffisamment anticipé par le groupe et le temps global de formation peut être sous-estimé compte tenu du type de public ciblé. Malgré cela, le responsable conclue : " Je me réjouis (…) de voir l'évolution que vous, acteurs, vous faites en tant que personne, dans votre expression et dans votre aisance. J'ai quelques échos qui me parviennent de l'extérieur (…) : on ne s'attend pas à ça d'Emmaüs ! "

Cette expérience théâtrale a montré qu'il était possible et bénéfique de mobiliser une communauté. Quant à la difficulté que pourrait représenter pour certains l'arrêt du théâtre, nous savons que, à Emmaüs Pau-Lescar, les compagnons ont accès à toute une palette d'activités artistiques, notamment la musique, qu'ils ont à leur disposition de nombreuses possibilités pour exprimer leur potentiel créatif, relationnel, imaginatif, dans l'engagement politique, social ou humanitaire. L'arrêt du théâtre, s'il peut engendrer quelques regrets, ne saurait être traumatisant. Il aura été, au contraire, un apport important et une force à insuffler dans de nouveaux défis.

Théâtre forum : rétablir le dialogue

Le théâtre forum s'adresse à tous, il n'a pas été spécifiquement créé pour les personnes en situation de précarité. Le but ultime de ce théâtre est le bonheur. Il tente d'y faire parvenir en favorisant le rétablissement du dialogue entre les êtres humains. Il ne s'agit pas d'adapter les individus à un monde insatisfaisant, mais de transformer le monde lui-même.
Augusto Boal a une formule magnifique qui pourrait servir de " bannière " à son théâtre : " Ayons le courage d'être heureux ! " ; " À ce théâtre tout le monde peut jouer même les comédiens ". Nos dernières actions nous ont amenés à former : des narcologues de Nijni-Novgorod, des paysans à Rio Grande Do Sul (pour les dangers d'utilisation des pesticides), des ONG du Rajasthan (pour tenter de réduire la migration des paysans vers les villes), des membres du Planning familial de l'Aude (pour dénoncer les violences conjugales), etc. La position des professionnels n'est pas de prendre la parole à la place de ceux qui la désirent et ne savent pas comment la " révéler " mais bien de les aider à y avoir accès.
Le théâtre forum contient lui-même ses règles de fonctionnement, sa déontologie et sa propre éthique. Sa pratique ne présente aucun danger si on en respecte la philosophie et si on suit sa démarche. Cependant, il ne serait pas sérieux de confier des personnes trop fragiles à des animateurs inexpérimentés (risques de décompensation, de passages à l'acte, danger de confondre théâtre forum et psychodrame, etc.). Il est nécessaire de se garantir du sérieux et du professionnalisme des intervenants par un cadre éthique posé en amont de toute action. En ce qui me concerne, je n'ai pas connu en vingt-cinq années de pratique d'" événements " dommageables pour les " acteurs " comme pour les publics.

Notes

1. Directeur artistique et pédagogique de Caravane Théâtre.

2. Boal A. Jeux pour acteurs et non-acteurs. Paris : La Découverte, 2e édition 2004 : 312 p.

Contact :
Mail : caravth@club-internet.fr
Site web de l'association :
www.planete-clowne.com
et www.caravane-theatre.com

 
LA SANTÉ DE L'HOMME 382 | MARS/AVRIL 2006 | Page37-38
Libre de droits, sous réserve de mentionner la source